“Pour le mobile, 2015 aura été l’année de sortie de l’adolescence !”

Benjamin Amsaleg CSC2015 aura été une année de forts bouleversements des organisations au plan digital. Et dans tous les cas, le mobile est au cœur du phénomène ! Au travers des usages et de la valeur créée, plus que de la technologie elle-même. Et l’IoT pourrait bien s’inspirer de cette tendance de fond. Entretien avec Benjamin Amsaleg qui revient sur cette année 2015.

Benjamin Amsaleg est directeur, Transformation Digitale, chez CSC

 

 

Les bouleversements des “business models” par l’avènement du digital ont fait l’actualité en 2015. Tout le monde parle désormais d’”Uberisation”. Quels enseignements et quelle place du mobile dans ces évolutions ?

Les succès et les bouleversements des écosystèmes provoqués par Uber ou AirBnB sont incontestables. Le réveil des pouvoirs publics est là pour en témoigner ! Énormément d’enseignements peuvent être tirés de ces réussites. Nous les abordons avec nos clients lors de nos missions de cadrage de leur stratégie digitale. Ce qu’ils soulignent dans ces échanges peut être synthétisé en trois points, et, sur chacun d’eux, le mobile est un élément clé :

  • La logique de plateforme, de fédération, où la valeur de l’organisateur est sur la confiance et non sur la réalisation du service en lui-même : sur AirBnB, la mise en place des communications et les évaluations des loueurs et visiteurs rassurent tout le monde ; c’est l’instantanéité des échanges grâce aux mobiles qui permet de convertir le désir de voyage en réservation, il transforme la confiance en transaction ;
  • La proposition d’une expérience, plus que d’une offre, permettant une différenciation évidente : réservation, géolocalisation en temps réel, check-in et no-show, contrôle de la pertinence de l’itinéraire, prépaiement, … sur l’ensemble du parcours Uber, le mobile du client et du chauffeur sont mis à contribution pour une expérience unique, de bout en bout ;
  • Enfin, sans parler de la question des charges sociales, sortir du cadre et des processus établis rend la duplication par les acteurs historiques parfois difficiles : Yellow Cab a cherché à conserver son centre d’appels ; les chauffeurs voulaient être dotés de terminaux et de forfaits par l’entreprise. Ils ne voulaient pas d’un prix forfaitaire… et l’entreprise a déposé le bilan ! Une chose est sûre : sans les smartphones déjà en possession des clients et des conducteurs, Uber n’aurait pas existé !

2015 a donc été l’année de la révolution mobile ?

Oui est non. 2015 est l’année de sortie de l’adolescence. Les choses se stabilisent.

“Oui”, c’est la fin de l’ère du PC ! La masse critique est indéniablement là. Quelques chiffres pour illustrer mon propos : c’est en décembre 2015 que le nombre de terminaux mobiles vendus par Apple a dépassé le nombre de PC sous Windows… alors qu’ils ne représentent qu’autour de 20% des terminaux mobiles. En France comme ailleurs dans le monde, le mobile est LE terminal.

Mais “non”, on ne constate pas de révolution ! Nos clients sont dans une phase d’adoption et de “digestion”. Il y a peu de très grands projets centrés sur le mobile. Si cela peut être décevant, je trouve que c’est plutôt sein. Cela prouve que c’est l’usage et la valeur, et non “l’effet de mode lié au terminal” qui sont les moteurs des projets actuels. C’est donc plus modeste, mais beaucoup plus profond.

La mobilité entrant dans une phase de maturité, il est peut-être temps de penser “Internet des objets” (IoT) ?

Là encore, nous devons prendre du recul. L’IoT, c’est la démocratisation du “machine-to-machine” qui existe depuis des années. Ce que nous venons de vivre sur le mobile donne ainsi des clés pour l’IoT :

  • Comme sur le mobile, les acteurs traditionnels actuels se positionnent dans une logique de guerre de plateformes propriétaires : aucun n’a la force ni la légitimité d’un GAFA ; j’ai l’intime conviction qu’il faut promouvoir l’ouverture des protocoles… pour se positionner comme un tiers de confiance sur les matériels et les services !
  • Et comme sur le mobile, les services marketing vont imaginer des offres nouvelles pour leurs clients ; en regardant ce qui s’est passé sur le mobile, peut-être qu’en matière d’IoT les entreprises devraient avoir une attitude d’acquisition sur les nouvelles offres de services et concentrer leur savoir-faire propre sur la valeur ajoutée de l’IoT quant aux gains opérationnels dans leurs processus intrinsèques.

Banniere Blog CSCDigital 580

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: