Les hôpitaux avancent vers la technologie mobile avec quelques réticences

Entre tous les secteurs aux États-Unis, c’est sans doute celui de la santé qui traverse le plus de perturbations.

La relation entre les patients et leur fournisseur de services de santé est redéfinie par une transition d’un système axé sur le paiement pour chaque acte à un système axé sur la qualité des soins, poussés par les changements du marché de l’assurance santé et l’augmentation significative des frais déboursés par les consommateurs.

Heureusement, la technologie est l’alliée des praticiens et leurs équipes lorsqu’ils cherchent à coordonner au mieux l’attention portée aux patients. Les appareils mobiles et les plateformes de communication mobiles unifiées permettent aux docteurs comme aux infirmiers de rassembler les données des patients d’un même centre de soins afin de les partager avec leurs collègues, facilitant ainsi les consultations et le suivi des traitements par le reste du personnel.

Mais le grand pas en avant que permettent la technologie mobile et le partage d’information s’accompagne d’une profonde prise de conscience aiguë du risque, comme l’indique une enquête réalisée auprès de professionnels de l’informatique dans plus de 100 hôpitaux.

82% des sondés disent se poser des questions sur la capacité de leur hôpital à sécuriser « les appareils mobiles, les données des patients et l’infrastructure technologique de l’hôpital » des cyberattaques.

Pas étonnant lorsque l’on sait que ces dernières années des hackers avides de rançons prennent pour cible les hôpitaux et autres prestataires privés en demandant des sommes juteuses pour rendre les informations de patients qu’ils avaient dérobées.

Pourtant, ces menaces ne sont pas un frein à l’installation de la technologie mobile de nombreux hôpitaux pour leur personnel, et plus particulièrement pour les équipes d’infirmiers. Ainsi, près de 4 hôpitaux sur 10 (38%) ont investi dans un système de communication clinique via smartphones,  avec un déploiement moyen de 624 appareils. Tout cela pour une bonne raison, comme nous le rappelle Spyglass Consulting, les infirmiers « ont constamment besoin de communication directe et immédiate avec leurs collègues et leurs patients, il leur faut également pouvoir accéder en temps réel aux données cliniques des malades ».

Argument ultime : les bénéfices qu’apporte la technologie mobile aux fournisseurs de services de santé et aux patients pèsent bien plus lourd dans la balance que les risques potentiels. Les professionnels en charge de la technologie dans les hôpitaux peuvent parfaire la sécurité (certes, en théorie) en formant leurs employés sur les meilleures pratiques pour l’utilisation des appareils et la sécurité des données, en installant des dispositifs d’authentification contextuelle, en sécurisant les extrémités de réseaux, et une fois de plus, en formant le personnel.

En tant que professionnels de l’informatique nous devons déplorer que ce dernier point soit bien souvent laissé de côté.


christopher-nerney-aAuteur: Chris Nerney blogue sur des sujets comme la technologie mobile, le big data, l’analytique, Android, les data centers et le cloud.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: