Accompagner les travailleurs les plus réticents sur le chemin de la technologie

Un des défis de taille pour les professionnels de l’informatique est d’aider les employés à adopter les nouvelles technologies retenues par les dirigeants de l’entreprise. C’est d’autant plus délicat lorsque l’on sait que les gens 1) aiment avoir leurs petites habitudes 2) n’aiment pas essayer de nouvelles choses.

Enfin bon, ce n’est pas le cas de tout le monde.

Le mois dernier le Pew Research Center publiait une enquête sur l’adoption technologique qui révélait qu’uniquement 28 % des adultes aux États-Unis souhaitaient « être primo-adoptants de produits technologiques ». Près de la moitié des personnes interrogées (45 %) avaient un intérêt modéré pour se positionner en pionniers de la technologie, alors que 26 % d’entre eux utilisaient encore des téléphones à cadran rotatif !

Si l’on se lance dans une lecture démographique le groupe le plus enclin à être primo-adoptant se compose d’hommes âgés de 18 à 49 ans (34 %), d’adultes d’entre 30 et 49 ans (31 %), et surtout d’hommes (30 %). Seulement 26 % des femmes souhaitent être des primo-adoptants.

À grande échelle, la révolution BYOD a dans la plupart des cas nié le besoin des entreprises technologiques de former / accompagner / obliger les employés à l’utilisation des nouvelles technologies car, de nos jours, nombreux sont les travailleurs qui utilisent leur propre appareil, et les DSI ont dû s’adapter à cette réalité.

Mais que dire des technologies de l’entreprise comme les communications non uniformes ou les logiciels pour le travail collaboratif ? Dans des cas comme ça, les employés qui se montrent réticents aux nouvelles technologies peuvent nuire à la productivité du reste du groupe.

Vous avez sûrement déjà été confronté à ce membre de l’équipe qui persiste à utiliser des emails pour apporter de nouvelles idées alors que le reste de l’équipe est passé sur une plateforme de travail collaboratif… un réel frein à la productivité. Il en est de même avec cet employé qui persiste à utiliser un système de communication autonome plutôt que de passer à une plateforme de communication intégrée qui permet l’usage de plusieurs applications dans un même environnement.

Cela vaut malgré tout la peine de convaincre ces retardataires de ne pas rater le train de la technologie ! Comment me direz-vous ? Dans un article publié dans le magazine Forbes, Jacob Morgan nous révèle le secret numéro 1 pour que les employés se mettent à l’heure des technologies collaboratives :

« Les entreprises devraient prendre en compte la valeur que peuvent avoir ces programmes pour l’employé, et les avantages qu’ils peuvent en retirer : pouvoir passer plus de temps en famille, disposer d’une certaine flexibilité dans l’environnement de travail, augmenter la visibilité de chacun afin de voir ses efforts reconnus, … »

C’est un très bon conseil. Il est vrai qu’une poignée d’employés seront sensibles au fait que les technologies collaboratives, les communications unifiées et le reste de technologies qui leur sont peu familières peuvent aider l’entreprise. Mais tous seront séduits par l’idée qu’une technologie puisse les aider, autant dans leur vie professionnelle que personnelle.

Votre entreprise fait-elle son possible pour aider les employés à utiliser les nouvelles technologies ?


christopher-nerney-aAuteur: Chris Nerney blogue sur des sujets comme la technologie mobile, le big data, l’analytique, Android, les data centers et le cloud.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: